Ma grand-mère vous passe le bonjour – Fredrik Backman

Ma grand-mère vous passe le bonjour

Quatrième de couverture

Elsa a sept ans et elle est différente. Mamie a soixante-dix-sept ans et elle est timbrée. Du genre à flirter avec des policiers ou à déambuler toute nue sur son balcon munie d’un lanceur de paintball. Mais elle est aussi la seule amie d’Elsa. C’est dans les contes de sa grand-mère que la petite fille trouve du réconfort. Puis les histoires s’arrêtent brutalement. Elsa va alors faire son deuil en allant transmettre des lettres que la vieille dame a destinées à tous ceux auxquels elle a causé des soucis. Commence ainsi une incroyable aventure qui mène la fillette dans un monde rempli de vieilles mégères, d’alcooliques et de chiens de combat ; un monde qui, de jour en jour, lui en apprend un peu plus sur son aïeule peu ordinaire…

Après l’irrésistible Vieux, râleur et suicidaire – la vie selon Ove, Fredrik Backman nous séduit une fois encore avec ce roman sur les rêves, la disparition, l’amitié, et le droit d’être différent. Un texte drôle et émouant, qui nous va droit au coeur.

Mon avis

Ma grand-mère vous passe le bonjour est un roman vraiment particulier qui ne ressemble à rien de ce que j’ai pu lire par le passé. Il ne ressemble pas non plus à l’idée que j’en avais et, effet de surprise oblige, m’a d’autant plus plu !

Ce n’était pourtant pas gagné d’avance, compte tenu de l’amour de la petite Elsa pour la saga Harry Potter (ne me battez pas mais je n’ai ni lu, ni vu…), les super-héros (sortie de Batman et Superman, j’y connais rien) et Star Wars (euhhh…). Un très lent démarrage de l’action, des personnages assez caricaturaux, Wikipédia – vous comprendrez en le lisant –, des répétitions à outrance de certaines expressions : autant de détails qui m’ont aussi franchement refroidie… Ca commence à faire beaucoup, non ?! Mais ce n’est encore RIEN comparé à l’effort presque surhumain – non, non, je n’ai pas peur d’exagérer ! – qu’il m’a fallu fournir pour me coltiner une bonne moitié de roman au pays Presqu’Eveillé, cet univers fantastique que la grand-mère d’Elsa a cru bon d’inventer, et dans lequel, faut-il le préciser, je me suis complètement perdue…

Vous aussi, vous vous dites que j’aurais dû abandonner ce roman ?! Mais ç’aurait été sans compter l’écriture de Fredrik Backman ! A la fois poétiques, drôles et émouvants, ses mots ont su me toucher tant ils dépeignent avec sensibillité et pudeur la très belle complicité d’une grand-mère et de sa petite-fille et offrent une réflexion pertinente sur la différence, la mort, et le pardon.
Au-delà de la chasse au trésor que la grand-mère d’Elsa a laissée à sa petite-fille, Fredrik Backman a échafaudé un véritable puzzle littéraire où monde réel et monde imaginaire coïncident de manière inattendue, où la presque totalité de l’intrigue se déroule en huis-clos sans être ennuyeuse, où les personnages, meurtris par la vie, s’apprivoisent en douceur.

Mi-enquête policière, mi-conte de Noël, Ma grand-mère vous passe le bonjour s’est révélé être – une fois passés les obstacles cités plus haut – terriblement prenant mais aussi surprenant, émouvant, et même drôle. En bref, c’est un livre dans lequel plonger de toute urgence !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s