Je déteste tellement t’aimer ! – Anna Premoli

Enfin de retour pour une petite chronique, et pas des moindres puisque Je déteste tellement t’aimer ! est en quelque sorte le seul roman de chick-lit à ne pas m’avoir filé de boutons dès les premières pages !

Je déteste tellement t'aimer

Quatrième de couverture

Depuis sept ans qu’ils sont dans la même banque, Jennifer et Ian se détestent. Jusqu’au jour où ils sont obligés de travailler ensemble sur un projet important. Ian est le célibataire le plus en vue de Londres et, alors qu’ils sont au restaurant en train de parler boulot, ils sont épinglés par un paparazzi et leur photo se retrouve dans les journaux. Jennifer est furieuse. Mais Ian constate que cette photo a découragé une horde d’insupportables prétendantes. Du coup, il propose un marché à sa collègue : il lui laisse carte blanche pour leur projet de travail si elle accepte de jouer le rôle de sa petite amie. Facile ? Le défi risque de se révéler nettement plus compliqué que prévu…

Mon avis

Découverte dans les mains d’une bibliothécaire (ne les jalousez-vous pas ces bibliothécaires qui ont la chance de se mettre de côté les petites nouveautés sympas ?!!), c’est bien sûr l’originalité de sa couverture qui a attiré mon oeil… Après lecture, sans aller jusqu’à parler de coup de coeur, j’ai bien envie de comparer ce roman au caviar de la chick-lit !

Pourtant, très clairement il n’y a là rien de très nouveau… La trame générale propre au genre est bel et bien toujours là – Jennifer, brillante avocate fiscaliste, totalement incapable de s’épanouir sur le plan sentimental –, l’idée du « faisons semblant d’être ensemble » a déjà été utilisée et l’antagonisme entre Ian et Jennifer se teinte bien entendu rapidement d’une complicité toute amoureuse. Mais voilà, pour une fois l’intrigue reste remarquablement cohérente, sans fausse note, dans un équilibre parfait entre humour, péripéties et fluidité de l’écriture. Une véritable bouffée d’air frais en somme, en compagnie de personnages hauts en couleur et drôles, ponctuée des joutes verbales assassines que s’échangent Jennifer et Ian.
Léger mais loin d’être insipide, Je déteste tellement t’aimer ! offre également une belle occasion de tordre le cou aux idées reçues, aux préjugés et aux conventions sociales. Eh oui, entre la famille de Jennifer, anti-nantis, et celle de Ian, inquiète de le voir s’acoquiner avec une femme n’appartenant pas à son rang, l’orage menace…

Seul bémol à mon enthousiasme, une traduction qui alourdit parfois le texte : jamais, ô grand jamais, je n’ai par exemple entendu dans la vraie vie quelqu’un répondre très solennellement « oui, je le sais » !
Et puis, même si Grande-Bretagne et aristocratie sont difficilement dissociables, je regrette vraiment que cette sympathique romance n’ait pas eu pour cadre l’Italie natale de l’auteure, loin, très loin de la grisaille londonienne…

Ces deux inconvénients minimes n’enlevant finalement pas grand-chose au charme indéniable de ce conte moderne frais et pétillant, c’est sans la moindre hésitation que je vous invite à vous laisser tenter !

Prix des Libraires en Italie

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s