Charlie et la chocolaterie – Roald Dahl

Charlie et la chocolaterie

Quatrième de couverture

Mr Willy Wonka est le plus incroyable inventeur de chocolat de tous le temps. Son usine, la chocolaterie Wonka, doit être un endroit vraiment magique !
L’extraordinaire histoire du jeune Charlie Bucket commence le jour où il gagne l’un des cinq tickets d’or permettant de visiter la mystérieuse fabrique du confiseur. Mais il est bien loin d’imaginer les folles aventures qui l’attendent…

Mon avis

J’ai lu Charlie et la chocolaterie, un peu par facilité, dans le cadre du challenge Lire la vie en couleurs pour lequel il me fallait un personnage dont le nom évoquait une couleur de l’arc-en-ciel. L’histoire ne me plaisait pas spécialement et je suis donc entrée dans le livre un peu sceptique…. Et puis soudainement, je me suis prise d’affection pour Charlie, Charlie que les privations contraignent à économiser ses forces pour aller à l’école, Charlie qui passe chaque jour devant la plus grande chocolaterie du monde, lui qui ne peut manger du chocolat qu’une fois l’an à l’occasion de son anniversaire. La vision des quatre grands-parents cloués dans leur lit depuis des années, ou de la mère de Charlie qui se trouve dans l’impossibilité de les quitter ne serait-ce que quelques heures m’a aussi beaucoup attendrie même si l’on sent bien que le trait a été forci pour créer un contraste entre la triste existence de Charlie et l’univers merveilleux de la chocolaterie.

On retrouve dans Charlie et la chocolaterie le regard d’un auteur sur son époque, à travers les vices dont les quatre autres enfants visitant la mystérieuse chocolaterie sont affublés : Augustus pêche par son extrême gourmandise, Violet est une mâcheuse de chewing-gum compulsive, Veruca pique régulièrement des crises de fillette pourrie gâtée et Mike ne jure que par son écran de télévision ! Par opposition, Charlie apparait donc comme le petit garçon parfait – poli, respectueux, sage – ou plutôt presque parfait puisqu’il fait tout de même preuve d’un certain égoïsme dans sa quête du ticket d’or ! Le tout est bien entendu empreint d’un fort aspect moralisateur et manichéen qui, selon moi, ne nuit pas vraiment à la lecture puisqu’il permet au public visé – les enfants – d’en tirer quelques apprentissages. Peut-être que les personnages de ces adorables chérubins terribles casse-pieds auraient pu être un peu plus creusés puisqu’ils semblent malheureusement n’être définis que par leurs défauts…

Finalement, ce qui m’a le moins séduite, c’est…  la chocolaterie ! C’est vrai, Roald Dahl a fait preuve d’une imagination débordante en inventant des friandises et des machines tout aussi extraordinaires les unes que les autres mais, les années passant, j’ai perdu ma sensibilité d’enfant et je ne m’y suis pas vraiment projetée ! Et puis, j’ai trouvé vraiment dommage qu’un schéma répétitif se soit mis en place dans le châtiment des « mauvais » enfants : on devine assez vite qui va leur arriver et, du coup, la fin ne fait pas mystère…

Au final, je n’ai pas regretté ma lecture : ce fut une agréable découverte même si j’ai été plus sensible au côté tendre du roman qu’à sa dimension fantastique. Je me laisserai donc sans doute tenter par sa suite, Charlie et le grand ascenseur de verre !

Et bonne nouvelle, Charlie et la chocolaterie me permet de valider (enfin !) ma première lecture depuis mon inscription pour Le challenge des 500 livres !! C’est même un triplé puisque je peux aussi demander une nouvelle carte du Jeu des 7 familles !

Publicités

2 réflexions sur “Charlie et la chocolaterie – Roald Dahl

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s