Le tour du monde en quatre-vingts jours – Jules Verne

Le tour du monde en 80 jours

Quatrième de couverture

Phileas Fogg est un homme d’une ponctualité infaillible. Ce Londonien discret et fortuné a un emploi du temps immuable. On ne lui connaît qu’une occupation, le Reform-Club, et qu’un seul vice, le whist ! Ce portrait aurait pu en décourager plus d’un. Pas Jean Passe-Partout, son nouveau domestique français : enfin un maître sans histoire. Mais, le jour même où il l’engage, Fogg parie qu’il réalisera le tour du monde en quatre-vingts jours pour prouver la véracité des calculs du Morning Chronicle ! Rendez-vous est pris.Toute l’Angleterre se passionne pour les exploits de ce gentleman. L’inspecteur Fix aussi, mais pour d’autres raisons : vingt mille livres sterling viennent d’être dérobées à la Bank of England et la description du voleur correspond à celle de Phileas Fogg. Mais que ce soit en paquebot, en train, en yacht, en traîneau ou même à dos d’éléphant, notre duo fera tout pour revenir triomphant à Londres !

Mon avis

Voilà bien longtemps que j’avais envie de lire Le tour du monde en 80 jours. Le challenge Le jeu des 7 familles m’a donc donné une bonne occasion de me lancer…

Je me sens quelque peu gênée, devant un monument de la littérature française, d’avouer que je n’ai pas vraiment été transportée par ce roman… Mais voilà, malgré un départ sur les chapeaux de roue avec ce pari entre gentlemen mettant Phileas Fogg au défi de réaliser un tour du monde en exactement quatre-vingts jours, le récit s’est essouflé bien trop vite à mon goût. Jules Verne a pourtant jalonné son texte de nombreux rebondissements mais ceux-ci, systématiquement organisés selon le même schéma, réservent peu de surprises : un retard quelconque ralentit la progression, une solution alternative est rapidement trouvée et le temps perdu regagné ! On ne compte d’ailleurs plus le nombre de fois où Passepartout, le domestique de Phileas Fogg, bout d’impatience tandis que son maître se contente de patienter, fidèle à son flegme légendaire.

Justement, parlons-en de Phileas Fogg ! J’ai rarement vu, dans un roman d’aventures qui plus est, un héros manquant à ce point de charisme… Phileas Fogg aime le whist, la ponctualité et… et c’est à peu près tout ce que nous apprendrons de lui ! Bien sûr, il est brave et pétri de bonnes intentions mais à quoi bon puisqu’aucune passion ne l’anime ? Heureusement, le personnage de Passepartout, encore que bien caricatural, amène un peu de fantaisie au récit et l’on parvient tout de même à s’amuser des quiproquos liés aux soupçons de l’inspecteur Fix.

Finalement, ce que je retiendrai de ce Tour du monde en quatre-vingts jours, ce n’est pas l’histoire en elle-même mais tout ce qu’il y a autour… L’aventure devient alors anecdote face à ce précieux témoignage de la pensée du XIXe siècle, et de ses avancées technologiques. Bien sûr, le propos n’est pas exempt de clichés, notamment dans la description des us et coutumes des peuples rencontrés, des Indiens d’Inde aux Indiens d’Amérique en passant par les Japonais et les Mormons, mais cela suffit à recréer l’atmosphère d’une époque où, soudain, la révolution industrielle combinée au développement des chemins de fer « raccourcit » les distances et renouvelle l’intérêt porté aux lointaines contrées.

Le tour du monde en quatre-vingts jours m’a déçue, peut-être que j’en attendais trop, moi qui aime tant voyager. Néanmoins il reste, je pense, l’un des ouvrages de Jules Verne les plus accessibles : la lecture est agréable et les détails scientifiques, bien que nombreux, n’alourdissent pas trop l’ensemble. A découvrir, plus pour la plongée dans le XIXe siècle et ses perceptions du voyage que pour réellement partir à l’aventure…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s