Le théorème des Katherine – John Green

Théorème des Katherine

Quatrième de couverture

Dix-neuf fois Colin est tombé amoureux.
Dix-neuf fois la fille s’appelait Katherine.
Pas Katie, ni Kat, ni Kittie, ni Cathy et surtout pas Catherine, mais KATHERINE.
Et dix-neuf fois, il s’est fait larguer.

Mon avis

Après avoir lu The fault in our stars il y a quelques semaines (je sais, j’ai complètement raté le coche…), j’étais curieuse de découvrir les autres ouvrages de John Green. J’ai donc sauté sur l’occasion que m’offrait le challenge Lire la vie en couleurs pour m’emparer du Théorème des Katherine.

Force est de constater que j’ai été très naïve… Le THEOREME des Katherine… Le titre aurait dû déclencher une alerte rouge dans mon cerveau… Parce qu’entre les maths et moi, c’est sûr, il n’y a aucun atome crochu, et c’est sûr, je n’aurais jamais choisi ce livre si j’avais su que j’en trouverais quasiment à toutes les pages ! Alors évidemment, quand la lumière se fit (sur le tard…), j’ai craint de ne rien y comprendre à ce fichu théorème ! Mais, tout aussi allergique que je sois aux sciences, je reconnais une certaine audace à John Green pour avoir osé inclure chiffres, fonctions et graphiques à un roman, roman jeunesse qui plus est…

Colin, il est un peu comme ces filles qui s’entichent systématiquement de garçons qui ne sont pas faits pour elles sauf que lui, il fait une fixette sur les Katherine. Surdoué, il peine à se remettre de sa dernière rupture avec, ô surprise Katherine, quand lui vient l’idée d’utiliser les données de ses ruptures pour déterminer un théorème capable de prédire l’avenir d’une relation amoureuse. Une idée de départ très intéressante selon moi ; qui ne rêve pas de connaitre à l’avance le moment de refaire son stock de mouchoirs en papier et de se réinscrire sur Meetic ?! Je blague…

Alors… A ma grande surprise, j’ai pris plaisir à suivre les tâtonnements de Colin dans la construction de son théorème puisque c’est une chose que je ne ferai d’évidence jamais ! Son raisonnement, ses explications à ses camarades et les notes de l’auteur m’ont aidée à y voir plus clair (ouf !) même si bien évidemment je n’ai pas saisi toutes les subtilités du raisonnement scientifique.
Malheureusement, les maths, combinées aux informations en tous genres et aux anagrammes dont Colin est friand, m’ont assez vite donné l’impression de compulser un livre qui aurait pu s’intituler 500 trucs inutiles à savoir pour briller en société ! Certes, ce fut parfois drôle ou instructif et le dialogue instauré par l’auteur avec le lecteur m’a bien plu mais 84 notes de bas de page c’est juste… trop !!

Quant à l’histoire, elle ne m’a pas captivée tant que ça. Les thématiques chères à la littérature jeunesse (construction de son identité, acceptation et mise en valeur de ses différences,…) sont bien présentes mais traitées sans grande originalité ni profondeur. Les aventures de Colin et de son ami Hassan sont certes assez loufoques et on ne s’ennuie pas entre la visite de la tombe de François-Ferdinand d’Autriche, l’usine à cordons de tampons ou encore la chasse au cochon sauvage mais l’ensemble m’a semblé assez plat, sans réelle cohésion et, pire, certains passages m’ont paru totalement inutiles à la progression du récit. Les différents personnages ne m’ont, eux, pas spécialement touchée d’autant que l’on devine assez facilement ce qui va se jouer entre Colin et Lindsey.

Vous l’aurez compris, mon avis reste mitigé. Le thérorème des Katherine m’a apporté une lecture plaisante, mais pour un roman signé John Green je m’attendais à bien mieux et surtout à plus d’émotions. Néanmoins, il m’a un peu réconciliée avec les maths !

Prix d’honneur du Michael L. Printz Award 2007

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s